Home à la une Commune III du district de Bamako : la jeunesse de Badialan I a...

Commune III du district de Bamako : la jeunesse de Badialan I a la tête sur les épaules !

52
0

Le samedi 26 Octobre 2019, l’Institut Français du Mali a organisé une conférence débat sur le développement durable des villes africaines.  C’était l’occasion pour les jeunes de présenter des projets innovants de société. Le dessein qui a le plus attrait le public est celui de l’association des jeunes de Badialan 1.

Généralement au Mali, les jeunes se soucient très peu de la gestion systématique de leurs quartiers. L’environnement, l’éducation, la santé, en un mot le développement reste la dernière préoccupation de la majorité des jeunes maliens. L’association des jeunes de Badialan I se présente comme le porte-étendard de cette jeunesse malienne dépourvue de tout sens de civisme et qui a, la peine à s’occuper proprement des biens collectifs.

A travers cette synergie, les jeunes de ce quartier de la commune III ont su occuper la place qui leur appartient. Pour participer pleinement au développement dudit quartier, ils ont adhéré à toutes les instances de prises de décision notamment ; le conseil de quartier composé du chef et 15 conseillers, le comité de développement du quartier (CDQ), l’association des femmes du quartier, les comités de gestion scolaire (CGS), le comité de veuille et de sensibilisation sur la radicalisation et l’extrémisme violent, le comité de veille sur la sécurité.

Selon le secrétaire à l’organisation de l’association Ibrahim DJIKINE c’est dans le souci d’un développement ingénieux pour le quartier que la jeunesse de Badialan I  pose des jalons d’une extension assurée. Elle est au four et au moulin et apporte sa pierre à toutes activités visant au développement du quartier, y compris dans la lutte contre l’insécurité à côté des forces de l’ordre.

Au-delà de l’implication des jeunes, la population de cette partie de la commune III du district de Bamako contribue fortement au projet du développement de leur localité, à travers des financements qu’elle dépose à chaque fois que besoin y ait dans le compte bancaire que le quartier dispose sous la supervision de chef de quartier Modibo DJIRE.

« Nous sommes soucieux du développement de notre quartier et c’est nous les jeunes,  les premiers acteurs » signale Ibrahim DJIKINE. Il ajoute qu’il va falloir une étroite confiance entre la jeunesse et la population.

La jeunesse engagée de Badialan I a cherché des partenaires et posée des actes irréfutables sur les plans ; environnemental, économique et social.

Chaque année, le quartier procède à la plantation et l’entretien d’au moins 50 pieds d’arbre. A chaque début d’hivernage, les jeunes procèdent au curage de caniveaux. Le quartier dispose d’un programme de développement économique, social et culturel, une chose rare dans les quartiers périphériques. Dans le volet économique, la question des jeunes filles déscolarisées et non scolarisées est prise en compte. Grace à des partenaires aguerris, quatorze (14) jeunes filles ont été formées en cuisine et font de la merveille dans le quartier. Quarante (40) ont été formées par l’ONG Agir et sont à l’attente de leurs kits d’installation. Aussi certaines ont suivie des formations en coiffure. Sept (7) ménagères ont appris la fabrication du savon, toutes pour avoir une activité génératrice de revenu. La consigne du chef de village est claire, toute la population doit consommer Badialan.

En plus de la formation, les jeunes de Badialan et ses partenaires ont tenu à ouvrir des ateliers de couture, des salles de coiffure à hauteur de 9 millions de franc Cfa et le quartier Badialan à mobiliser 2 800 000 000 Fcfa.

L’association des jeunes de Badialan ne souhaite pas s’arrêter sitôt et se projette dans le futur avec des projets notamment ; l’équipement et la réhabilitation d’un espace vert, la pépinière, le maraichage, la sensibilisation des habitants à la préservation de la nature sur les berges du diafaranako et les Grins mobiles qui consistent à approcher les jeunes et leurs expliqués beaucoup d’innovations sur internet en dehors de facebook et wathsapp.

A noté que de 1978 à nos jours Badialan I a connu au total trois chefs de quartier.

Abdrahamane BABA KOUYATE

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here