Home à la une Insécurité alimentaire et nutritionnelle : l’ensemble du pays touché de façon chronique

Insécurité alimentaire et nutritionnelle : l’ensemble du pays touché de façon chronique

58
0

 

3,8 millions de personnes seront en insécurité alimentaire entre juin et août, soit une augmentation d’un million de personnes par rapport à la période actuelle. C’est ce qui ressort d’un rapport publié par Ocha Mali sur on site internet. Selon ledit rapport, l’insécurité aggrave les besoins humanitaires dans la région de Mopti. Ocha précise que l’insécurité alimentaire affecte 20 pour cent de la population malienne.

L’organisation internationale affirme que le Cadre Harmonisé de mars 2019 a estimé à 2,7 millions les personnes en insécurité alimentaire entre les mois de mars et mai 2019. Parmi elles, 332 000 sont en phase de crise ou d’urgence et 2,4 millions sous pression. Au total, elle localise 56 pour cent des personnes en situation de crise ou d’urgence dans la région de Mopti. En situation projetée, l’organisme humanitaire avance que pour la période de soudure allant de juin à août, environ 3,8 millions de personnes seront en insécurité alimentaire ou sous pression, selon les mêmes analyses. Parmi ces personnes, plus de 524 000 seront en phase de crise (phase 3) et 24 000 en phase d’urgence (phase 4). Environ 46 pour cent des personnes en situation de crise ou d’urgence seront dans la région de Mopti.  De plus, 3,2 millions seront sous pression (phase 2) et pourraient basculer dans la phase de crise en cas de chocs affectant leurs moyens de subsistance. Aussi, Ocha souligne-t-il que les conflits dans le Nord et le Centre du pays aggravent l’insécurité alimentaire et les problèmes de protection (y compris de l’enfant) dans les régions de Mopti – cercles de Bankass et Koro – et de Ménaka. Cette situation perturbe les circuits des marchés, provoque l’absence de cultures et affecte la mobilité des personnes et des animaux, occasionnant ainsi des mouvements inhabituels de populations.

Malgré l’urgence des besoins, Ocha regrette que le secteur de la sécurité alimentaire ne soit aujourd’hui financé qu’à 26 pour cent. Seuls 30 millions de dollars sont mobilisés sur une requête de 116 millions de dollars, selon le service de suivi financier, au 8 mai 2019.

Mariétou DOUCOURE avec Ocha

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here