Home à la une Mali : l’expert indépendant de l’ONU interpelle le nouveau gouvernement sur la...

Mali : l’expert indépendant de l’ONU interpelle le nouveau gouvernement sur la protection des civils

35
0
United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) Antonio Guterres attends a press conference following the UNHCRs annual Executive Committee meeting on October 3, 2014 at the United Nations Office at Geneva. AFP PHOTO / FABRICE COFFRINI (Photo credit should read FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images)

PROTECTION DES CIVILS


L’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Mali, Alioune Tine, s’est exprimé à nouveau le vendredi dernier sur la situation humanitaire du pays. Au cours de cette sortie, il a invité le nouveau gouvernement dirigé par Boubou Cissé d’inclure la bonne gouvernance et la sécurité des civils parmi ses objectifs prioritaires.

L’un des défis auxquels le Mali est confronté est celui de la protection de la population civile qui est victime des violations des droits de l’homme à  cause de l’absence de l’Etat dans certaines zones. Selon des chiffres du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré, il y a quelques semaines, les violences dans le centre du pays a fait 400 morts parmi les civils de janvier à mars.

La plupart de ces morts sont dues aux conflits intercommunautaires dans le centre du pays. On se rappelle ainsi du drame d’Ogossagou, où plus de 150 personnes ont été tuées dans les conditions plus barbares, inhumaines, etc.

« Le cercle vicieux de la violence meurtrière liée aux conflits communautaires persiste et conduit à de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire », a affirmé Alioune Tine dans un communiqué.

Au regard de l’ampleur de ces faits, M. Alioune Tine a jugé nécessaire d’interpeller le nouveau gouvernement en l’invitant à prendre des mesures pour la sécurisation de la population civile. Ainsi, il a exhorté l’administration qui a pris ses fonctions le 5 mai à adopter une approche globale et coordonnée pour lutter contre l’impunité et prévenir de nouvelles violences et autres exactions.

Pas que l’Etat seulement. Il pense que les dirigeants politiques maliens doivent aussi s’impliquer dans la réussite de cette mission et faire face aux défis qui menacent l’État et la société. Ces défis, a-t-il rappelé, sont complexes et multiformes. Ils sont également sécuritaires, politiques, humanitaires, sociaux, économiques et écologiques  qui doivent être traités rapidement avec efficacité et succès.

 « Le gouvernement doit prendre des mesures fermes pour mettre un terme définitif aux violences cruelles, récurrentes et féroces, ainsi qu’aux violations graves des droits de l’homme. Une approche multisectorielle est essentielle: renforcer le fonctionnement du pouvoir judiciaire et la lutte contre l’impunité sont des éléments essentiels de la prévention de la violence », a précisé l’expert.

Par ailleurs, M. Tine a également appelé la communauté internationale à renforcer son engagement envers l’État malien afin de l’aider à remplir ses obligations, en particulier en ce qui concerne la situation humanitaire. Sur ce plan, il a noté une faible mobilisation de ressources financières pour les réponses aux situations humanitaires. A ce jour, le Plan d’intervention humanitaire de 2019 pour le Mali n’est financé qu’à hauteur de 12%.

Jean JACQUES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here