Home à la une MASTER II A L’ UCAO-UUBA : Oumar Abocar, la fierté d’une promotion

MASTER II A L’ UCAO-UUBA : Oumar Abocar, la fierté d’une promotion

126
0


 Ils sont 66 étudiants en Master II avoir reçu leurs diplômes ce mercredi 24 avril. C’était sous l’égide du président de ladite Université, Dr. Clément Lonah. Parmi les heureux récipiendaires, se distingue Oumar Abocar, un jeune assoiffé de connaissance.

« Il n’y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat. », disait Jean Jacques Rousseau. Le désormais diplômé en Master II dans la spécialité sciences de l’éducation est un modèle de courage. Oumar Abocar, puisse que c’est de lui qu’il s’agit, est une référence pour sa génération. Convaincu que la quête de la connaissance est un combat à vie, il a décidé d’approfondir son su. Il s’inscrit à la prestigieuse Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest, Unité Universitaire de Bamako (UCAO-UUBA) pour un Master de Recherche en Sciences de l’Education. Cela, après avoir valablement servi dans plusieurs Institut de formation des maîtres, notamment à Diré et à Kati.

Après avoir participer à plusieurs enquêtes sur le plan national, le tout nouveau diplômé en recherche en sciences de l’éducation a été mordu par le virus de la recherche. De son Boya Hondou natal, un certain 28 octobre 1978, Oumar Abocar fréquenta le second cycle de Goundam, puis son baccalauréat au lycée Massa Makan Diabaté de Bamako et une Maîtrise en sciences de l’éducation à l’ex-Flash. Depuis, il s’est mis au service de la nation et de sa communauté. Très sociable et d’un commerce facile, il est le genre d’ami que tout le monde souhaiterait avoir. La discrétion et l’humilité qui le caractérisent, il souhaiterait désormais se consacrer à la formation et la recherche. Surtout, avec son Master II en poche, qui lui ouvre désormais la voie vers une thèse, Oumar Abocar ne veut s’arrêter en si bon chemin.

Auréolé par la qualité de la promotion, les responsables de l’université n’ont pas tari d’éloges à l’endroit des récipiendaires avant de leur prodiguer des conseils utiles pour la suite de leurs carrières. Ainsi, Dr. Clément Lonah  s’est félicité de l’assiduité et la rigueur dont ont fait preuve les apprenants durant ces années de formation.

Pour sa part, la Directrice académique et pédagogique,  Dr Thérèse Samaké,  a salué les efforts et la patience de ces  lauréats. Dr Samaké affirme que ce qui compte dans le chemin du  savoir, c’est la réussite malgré les difficultés rencontrées. « Ce jour est grand, car il marque une occasion spéciale, mais encore plus, c’est la fin d’un chapitre et le début d’une nouvelle aventure », dit-elle aux récipiendaires. La Directrice académique et pédagogique de l’UCAO-UUBa a aussi exprimé  toute la fierté pour son université d’avoir offert au Mali, à l’Afrique et à toute l’humanité des nouveaux produits pour le marché de travail.

Les conseils de Dr Thérèse Samaké aux nouveaux récipiendaires

Pour la sœur Thérèse Samaké, cette cérémonie de remise de diplômes est aussi,  pour les récipiendaires,  un forum pour obtenir soutiens et conseils avant le début des nouveaux défis. « L’UUBa en vous remettant vos diplômes aujourd’hui ne vous dit pas au revoir, mais vous envoie en mission, vous envoie sur de nouveaux chantiers du monde du travail », dit-elle  aux lauréats avant d’ajouter : « Nous en avons l’assurance, vous êtes armés de valeurs intellectuelles, morales, et humaines pour contribuer à la construction d’un Mali nouveau ».

La sœur Thérèse a invité les récipiendaires  les a invités à combattre « trois ennemis » qui sont: l’amour de l’argent, la paresse et l’ambition démesurée. Dr Samaké  estime que l’argent devrait être un serviteur et non un allié ou un maître de l’homme. « Après un long parcours d’études et une fois un boulot acquis, le risque est de s’asseoir dans le confort, voire la paresse. Vous êtes encore jeunes, alors combattez la paresse avec la dernière énergie que vous avez », prêche Dr Thérèse devant les 121 lauréats. Aussi, les a-t-elle invités à ne pas avoir des ambitions démesurées au risque de se rendre « bourreaux du bonheur des autres ».

Félicitations à Oumar Abocar et à ses camarades. « A cœur vaillant, rien d’impossible », dirait l’autre.

Dieu veille !

Harber MAIGA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here