Home à la une Opérations pluies provoquées : des milliards engloutis en silence

Opérations pluies provoquées : des milliards engloutis en silence

43
0


Le ministre  des Transports et de la Mobilité urbaine a fait passer en Conseil des ministres du mercredi 5 juin 2019 une communication relative au rapport d’évaluation du Programme de pluies provoquées de 2006 à 2016. Chose bizarre, le communiqué fait la synthèse des résultats sans piper un mot par rapport aux milliards qui ont été engloutis par ce programme.

Un vrai flou artistique entoure l’opération dite de pluies provoquées. Ce flou est d’autant plus patent que le communiqué du Conseil des ministres a passé sous silence le coût des opérations. L’opinion nationale a eu l’impression que ces opérations ont été par le fait d’une fondation de bienfaisance. Or, tout le monde sait qu’elles nécessitent des coûts exorbitants.

Selon le communiqué, « le programme de pluies provoquées a démarré en 2006 et vise à réduire l’impact des déficits pluviométriques sur les productions agropastorales et sur la production de l’énergie hydro-électrique sur l’ensemble du territoire national ». Et de préciser que « les résultats de la mise en œuvre du Programme ont été jugés satisfaisants », même s’il fait vite d’admettre que « toutefois, il est apparu nécessaire de procéder à son évaluation pour mesurer les progrès réalisés, déceler les insuffisances et apporter les solutions ».

Très précis, le communiqué du Conseil des ministres dira que « le présent rapport, élaboré dans ce cadre, fait une comparaison des moyennes des différents paramètres, calculés sur la période 1998-2005 et la période 2006-2016 ». Et de préciser que  « les  résultats de l’analyse indiquent une augmentation: de 15,8% du taux de la pluviométrie et de 6,4% pour le nombre de jours de pluies ; des superficies moyennes emblavées et des rendements céréaliers en particulier le riz, le maïs, le mil et le sorgho ; des productions fourragères ». Le communiqué indique que « le rapport d’évaluation fait également le point des impacts du Programme, notamment sur le secteur des productions animales, le plan hydrologique, l’environnement ».

Le communiqué a aussi annoncé des insuffisances du Programme, sans les énumérer et a formulé des recommandations dont la mise en œuvre permettra entre autres de renforcer la lutte contre la sécheresse et l’adaptation aux changements climatiques ; de contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire et à l’amélioration des pâturages; de renforcer la production de l’énergie hydroélectrique.

La synthèse du communiqué du Conseil des ministres souffre de l’absence du montant des milliards de FCFA que l’Etat a injectés dans ce programme qui est passé à côté de ses objectifs en plusieurs points.

En plus de ne rien dire par rapport aux milliards jetés à la pelle dans ce programme, le communiqué du Conseil des ministres a superbement ignoré de faire le point quant à l’objectif de la réduction de l’impact du déficit pluviométrique sur la production de l’énergie hydro-électrique sur l’ensemble du territoire national. Est-ce une façon pour le Conseil des ministres de dire qu’en la matière le programme a échoué ? Enfin, avec ces nombreux délestages que le pays connaît depuis quelques années, il allait être surprenant de voir le gouvernement saluer le programme sur la question.

En réalité, aucune évaluation n’est acceptable quand on ne donne pas le montant des milliards qui y ont été engloutis avec une entreprise privée qui a le monopole de ces opérations au Mali, souvent sur la base de « surfacturation », quand on sait que les résultats sont maigres et pratiquement négligeables.

A suivre.

A Koné

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here